English | Français | Nederlands
Ce site internet requière Macromedia Flash Player v9 ou supérieur. Vous pouvez le tétécharger ici

Inscription à la newsletter :


caldownOctobre 2017calup
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Visite des jardins

Le jardin à la française, alternance harmonieuse d'eau et de verdure, d'ombre et de lumière, s'étend sur 25 hectares. Il est entretenu fidèlement dans le souci d'en respecter le dessin original qui date de 1664.

 

Beloeil_01 Beloeil_02 Beloeil_03 Beloeil_04 Beloeil_05 Beloeil_06 Beloeil_07 Beloeil_08 Beloeil_09 Beloeil_10 Beloeil_11 Beloeil_12 Beloeil_13 Beloeil_14 Beloeil_15 Beloeil_16 Beloeil_17 Beloeil_18 Beloeil_19 Beloeil_20 Beloeil_21


 

Légende

1. Bassin Vert ou Boulingrin
2. Le Champ des Roses
3. L'Allée du Doyen
4. Le Bassin des Poissons Rouges
5. Le Rieu d'Amour
6. Le Bassin Ovale
7. Les Miroirs
8. Les Sources
9. La Salle Grand Diable
10. Le Pont tournant
11. Le Neptune
12. Le Quinconce
13. L'Allée du Mail
14. Le Cloître
15. Le Bassin des Dames
16. Les Bassin aux Glaces
17. Le Parc aux Daims
18. La Ruine
19. Le Temple de Pomone
20. L'Orangerie
21. Le Château




Bassin vert ou Boulingrin

Première salle de verdure dans l’enfilade des plates-bandes, le Boulingrin est typique des jardins français mais son nom proviendrait de l’anglais Bowling green qualifiant un jardin où l’on joue aux boules. Le Boulingrin de Belœil est dit simple : c’est une pièce en forme de cuvette à fond plat uniquement plantée de gazon. Il est limité par des banquettes de charmes.

 
 
 


back to top



Le Champ des Roses

Le champ des roses ainsi nommé parce qu'il contenait les premiers rosiers du Bengale introduits dans notre pays. Actuellement en restauration. 

 
 
 


back to top



L'Allée du Doyen

L'Allée du Doyen de 600 m de long dont les charmilles ont 6 m de hauteur. Ainsi nommée car le Doyen de Beloeil avait coutume de la parcourir en lisant son bréviaire. 

 

 

 


back to top

Le Bassin des Poissons Rouges

Si le nom du lieu évoque les poissons colorés qui l’animaient, son identité s’affirme avant tout par les nombreuses fêtes qui s’y sont déroulées. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le jardin sert de décor aux bals, aux fastes et aux animations de tous genres.

La particularité du bassin est d’être ceinturé de magnifiques berceaux de verdure formés d’une palissade de charmes.

Les anciens pensionnaires disparurent suite à l’appétit des hérons et autres prédateurs.

 

 
 
 


back to top

Le Rieu d'Amour

Le Rieu d'Amour, petite fantaisie créée par Charles-Joseph dans le parc de son père au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

 

 

 

 


back to top

Le Bassin Ovale

Prend son nom de sa forme. Alimenté par sa propre source, il ne gèle que par un très grand froid. Il était entouré de hêtres pourpres, disparus en raison notamment de l’humidité du sol.

 

 

 

 


back to top


Les Miroirs

Ces bassins était autrefois bordés de charmilles très basses.
A force de persévérence, le prince Antoine a pu les remonter aux deux tiers de la largeur de la vue, selon le canon de Dezaillier d'Argenville, architecte de jardins du XVIIe siècle.

 

 

 


back to top


Les Sources

L’eau des trois sources alimente tant les « Miroirs » que le « rieu d’Amour ». La plus grande s’appelle « La Belle Baigneuse ». En 1755, un curieux phénomène se produisit : l’eau jaillit à 7 mètres. L’aigle en bronze marque la place.

À en croire la légende, si on jette une pièce de monnaie dans la plus petite (également la plus profonde) d’entre elles en émettant un vœu et que le vœu soit entendu, on voit apparaître de petites bulles à la surface de l’eau. René Pechère fait remarquer qu’il est de bon augure d’employer à cet effet une vieille pièce (percée) de 25 centimes. 


 

 


back to top

La Salle Grand Diable

La Salle Grand Diable où se trouvait probablement un premier château.


back to top

Le Pont tournant

Le Pont tournant, dont on voit encore les vestiges, surplombait le canal périphérique.  C'est par l'axe de la grande avenue que l'on entrait autrefois dans le domaine.

 

 

 


 


 

back to top


Le groupe de Neptune

Le Prince Claude-Lamoral II s'adresse, en 1742, à Adrien Henrion, sculpteur formé par Pigale, pour orner la tête de la pièce d'eau par le groupe de Neptune, Eole et Aquillon. 

 
 
 


back to top

Le Quinconce

Le Quinconce a été planté de hêtres pourpres entre 1948 et 1950. Ils ont remplacé les hêtres verts abattus par une tempête en 1942.

Le Quinconce est un petit parc d’agrément proche de la demeure, assurant la transition entre le jardin régulier et le parc de chasse. Ce bosquet destiné à la promenade tire son nom de la disposition des arbres selon le modèle du cinq des cartes à jouer.

 

 
 
 


back to top

L'Allée du Mail

Le pendant de l’allée du Doyen de l’autre côté du parc. À l’origine, le Mail est une longue allée sablée où se pratique un jeu de boules en bois (le mail). Cependant, le terme désigne aussi une promenade de jardin. Cet espace allongé, constitué d’une allée généralement bordée d’arbres en alignement, est destiné à la flânerie.

 

 
 
 


back to top


Le Cloître

Le cloître, un des coins les plus charmants du parc, est entouré de deux rangées de charmilles rappelant les cloîtres entourant les jardins d'abbayes. 

 
 
 


back to top


Le Bassin des Dames

Dès la fin du XVIIIe siècle, dans la partie nord du bassin, deux niveaux de profondeur permettaient aux dames de s'y baigner.

L'année européenne des Parcs et Jardins de 1993 a permis la restauration du "bassin des Dames" avec l'aide de la Région Wallonne.

Le prince Antoine de Ligne en a renouvelé les charmilles. 

 

 

 


back to top


Le Bassin des Glaces

Jusqu'en 1925 environ, on y sciait la glace pour la conserver dans une glacière située au-delà du potager, sous une grosse butte.

Cette glace pouvait encore être utilisée en plein été.
 


 

 


back to top

Le Parc aux Daims

Le Parc aux Daims n'est pas accessible au public.  C'est là que se trouvent l'obélisque du prince Charles, le temple de Morphée de Bélanger et l'île de Flore en forme de trèfle.

 


back to top


La Ruine

La Ruine est très caractéristique des jardins de l'époque romantique. Elle rappelle certains éléments des villas romaines et fut construite à la fin du XVIIIe siècle. Elle se trouve dans le parc privé.
 

 
 
 


back to top


Le Temple de Pomone

Situé dans le potager, le Temple de Pomone - déesse romaine des jardins - est un charmant petit pavillon (XVIIIe siècle) que l'on aperçoit par les axes transversaux du parc et de l'Orangerie.

 

 

 


back to top



L'Orangerie

L'Orangerie était destinée à abriter du gel différents arbres et plantes. Contruite dans sa forme actuelle par le prince Eugène Ier en 1830.

Il est actuellement possible d'y organiser des séminaires, des réceptions et des mariages

 
 
 

 




back to top

Le Château

Voyez "Histoire du Château".

 

 

 

 


back to top

Site officiel du Château de Beloeil. Rue Du Château 11, Beloeil 7970 Hainaut.
Le Fonds Château de Beloeil n’est pas responsable des informations diffusées sur d’autres sites.
Copyright © 2008 Château de Beloeil. Tous droits réservés.
Dernière modification : 13/10/2017 11:45

 +32/69.68.94.26
 info@chateaudebeloeil.com